text-align:center; background:#900 url(http://1.bp.blogspot.com/-3vMrVNk7dNU/TtdLG4SUILI/AAAAAAAABBI/YS43jQX9do8/s1600/template2%2Brouge.jpg) center bottom no-repeat; padding-top: 20px; padding-bottom: 215px;

Google+ Badge

LE BLOG 100% NAPLES!

vendredi 10 octobre 2014

Fin de journée à Castellamare di Stabia

Fin de journée à Castellammare di Stabia, à mi-chemin entre Naples et Sorrente


Entre Naples et Sorrente, entre Pompéi et Herculanum, prenez le temps de vous arrêter à Castellammare di Stabia.
Située en face du Vésuve, vous y échapperez aux éventuelles éruptions meurtrières mais vous serez aux premières loges en cas d'événement volcanique...
Trêve de plaisanterie.
D'où que vous soyez à Castellamare, le volcan dessine sa silhouette tronquée sur un ciel bleu, légèrement vaporeux, ou accroche les nuages aux formes gonflées dans lesquelles on peut imaginer mille et un objets, mille et un visages.


Castellamare est une cité maritime et honore ses héros issus de la marine nationale italienne  ou de la marine marchande.

Son front de mer ("lungomare") est aussi large que celui de Naples, les voitures ne circulent qu'à sens unique (bon à savoir si vous êtes a pied ou en voiture), l'espace paraît d'autant plus large qu'il est accentué par la plage qui reste inutilisée  et qui sert de terrain de foot. Ici, point de front de mer confisqué par les hôtels de tourisme. En effet, la plage est recouverte d'une sorte de mélange de terre, de sable et d'herbe.
Lungomare di Castellamare di Stabia
Les enfants, les ados et les adultes se partagent l'espace avec bonhomie, les couples d'amoureux, les famille, les bandes de collégiens et les groupes de seniors se côtoient activement. Cependant les collégiens sont de loin les plus bruyants!
Ne ratez pas le coucher de soleil sur les chantiers navals et Capri, qui se devine au loin dans un voile transparent bleu et jaune, tandis que les immeubles du front de mer de couleur rose brique, crème ou écrue, se voient éclaboussés d'une lumière déclinante qui annonce le bleu marine du crépuscule.
Le soleil se couche et l'excitation va crescendo, les tons montent, les jeunes bougent.
Coucher de soleil sur les chantiers navals
Dans un pays et une région où la vie est plus difficile qu'en France, les retrouvailles de fin d'après-midi permettent d'alléger les tensions, les inquiétudes et tout ce qui a cloché dans la journée. La convivialité permet de rencontrer Maria ou Paolo, d'échanger les nouvelles, le fardeau d'une vie  difficile est moins lourd à porter.
Ça y est, le soleil n'est plus qu'une boule jaune traversée de filaments bleus et il disparaît en hâte derrière le bâtiment qui marque le début des chantiers.
L'île, fantôme bleu, se fonce, prend sa forme de triangle caractéristique, elle paraît suspendue au-dessus de la digue qui, vue à contrejour, paraît noire et contraste étrangement avec la surface de l'eau du port, couleur cuivre clair.
Sur l'eau, devant l'entrée du port, un canoë kayak avec ses deux occupants semble sortir tout droit d'une estampe japonaise tandis qu'un aliscafo fait son virage et provoque des vagues moirées.
Pendant ce temps, lentement le Vésuve prend une teinte entre le bleu marine et l'anthracite tranchant sur un ciel qui reste clair. Ses pentes sont parsemées d'écharpes de brume légère qui éclaircissent les lieux.  En face les lumières de Naples s'allument et le phare tribord du port étincelle de tout son vert cadencé.
Une bande de collégiens passe, armée de sa verve et de ses portables, filles et garçons ne se mélangeant pas (ça viendra plus tard). Leurs répliques montent dans l'air transparent, les lumières du lungomare s'allument par paire, sorte de collier doré. Les grues des chantiers navals poussent leurs formes découpées à l'Occident, arbres de fer géométriques. L'air prend une teinte orange tandis que la nuit s'appesantit.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire