text-align:center; background:#900 url(http://1.bp.blogspot.com/-3vMrVNk7dNU/TtdLG4SUILI/AAAAAAAABBI/YS43jQX9do8/s1600/template2%2Brouge.jpg) center bottom no-repeat; padding-top: 20px; padding-bottom: 215px;

Google+ Badge

LE BLOG 100% NAPLES!

mardi 23 juin 2015

Arianna, première opératrice chez Enel à travailler sur les pylônes électriques

Arianna, première opératrice chez Enel

Arianna, la seule femme parmi les 600 opérateurs d’Enel. Elle est napolitaine, elle grimpe et travaille sur les pylônes électriques, mieux que les hommes.

Elle a 27 ans et elle est technicienne. Il a fallu mettre en place un vestiaire pour dames pour elle. Ses collègues la protègent et le disent sans détour : elle est super intelligente.


Lorsque vous la voyez, menue, au regard doux derrière des lunettes rondes, ongles manucurés, affable, vous ne croiriez jamais que cette fille travaille dans l’électricité, en équilibre sur des pylônes. C’est le genre de fille que les hommes aiment protéger, celle qu’ils approchent de manière galante et disent: «Votre voiture est en panne? Votre batterie est déchargée, je pense. "

Mais en fait, Arianna pourrait en manger, des batteries de voiture, à son petit déjeuner, car elle sait comment s’y prendre avec le courant électrique, beaucoup mieux que n’importe quel homme galant en veine de rencontre: c’est la seule femme qui travaille dans un groupe de 600 homme chez Enel, plus précisément ils sont 627. Plus Arianna.

Ce sont ces gens qui mettent, physiquement, les mains sur les câbles à travers lesquels l’électricité circule à une intensité impensable pour arriver jusqu’à nos maisons;  ce sont eux qu’on appelle, en pleine nuit,  quand l'alimentation est coupée et nous sommes perdus, dans le noir, pensant aux tranches de veau dans le congélateur qui se perdent.



Arianna,  seule femme parmi 600 travailleurs de sexe masculin. Newfotosud Sergio Siano

Jusqu'à il y a peu de temps, cette petite armée se composait exclusivement d’ hommes. Puis un jour, elle est venue, et les choses ont changé, que dis-je: "Pour nous, elle est comme tout le monde", disent ses collègues et ses supérieurs, et elle confirme avec un sourire. Bien sûr, ils ont dû mettre en place un vestiaire pour dames, mais ce fut la seule obligation à remplir après l'arrivée d'Arianna dans le monde d’Enel.  "Parce que je suis comme tout le monde – dit-elle, sereine - je tente de faire de mon mieux dans chaque intervention» . À vrai dire, elle fait mieux certaines tâches que ses collègues masculins, mais silence, il ne faudrait pas en vexer certains.

Photo de Sergio Siano

Vingt-sept ans, inscrite en génie électrique à Federico II, elle est née et a vécu à Piscinola où elle réside encore. Une vie de petite fille comme tant d‘autres, sauf qu'au lieu de jouer avec des poupées, elle a joué avec des composants électriques. «Excentricité de gamine," pensait la mère. Le père n’a pas réagi, car "il voulait un garçon et je jouais avec des composants électriques et ça lui plaisait», explique Arianna en riant. Ce n’était pas des «excentricités de gamine », la mère l’a compris quand Arianna a choisi l’enseignement supérieur: «Je veux être technicienne," dit-elle un matin. Elle est allée s’inscrire dans une école où on pouvait compter les filles sur les doigts d’une seule main, un prélude à son poste actuel. Excellentes notes à l'école, où elle a rencontré Gennaro, son petit ami actuel. Ensuite, le diplôme de technicienne spécialisée en électronique industrielle et en automatisme,  suivie d’une opportunité d’emploi: un entretien d’embauche chez Enel en Juin 2010. "Nous vous ferons connaître notre décision," ont dit ses interlocuteurs avant de la renvoyer chez elle ; Arianna pensait avoir échoué. Puis, trois ans plus tard, Enel l’a rappelée: voulez-vous essayer à nouveau? La suite, c’est ce poste. Sous contrat de stage en 2013, puis apprentie, et, enfin, elle a pu revêtir ce merveilleux costume bleu et orange. Pour vous, lecteurs, il semblerait que cet accent mis sur la combinaison de travail soit exagéré, mais vous savez, à voir l'enthousiasme que montre Arianna quand elle parle de sa "mission" avec cet uniforme, le ton de notre texte semble plutôt modéré.



Cette jeune femme affable et souriante n’a pas changé d'idée: «J’ai travaillé pour y arriver et j’en suis fière." Cela ne la dérange pas d’être dans un monde d'hommes, au contraire, elle en est heureuse; un peu parce qu'elle est choyée par tous, un peu parce qu'il est amusant de découvrir les regards étonnés quand les autres se rendent compte que, petite et aux cils maquillés, elle est en mesure de monter sur une échelle et d’analyser d’où vient le problème.
Vie d’opératrice comme les autres, y compris l’astreinte de nuit qui oblige à prendre la route. Changements d'équipe sans tenir compte du sexe, parce qu'il serait injuste de faire des différences avec le reste du groupe. Au travail exactement comme les autres, mais la famille, les amis, qu’en pensent-ils? Ses collègues disent que son fiancé est jaloux de son travail, mais Arianna dément fermement : "Nous nous aimons et nous nous réjouissons des succès de l’autre." Tandis que  ses amis ... "Bien sûr, c’est bizarre de rentrer à la maison avec la combinaison de travail et le casque dans le coffre. Mais quand je sors avec des amis, je redeviens une femme. Évidemment, je ne serai jamais comme ma sœur, en jupe  et talons hauts. Je mets des jeans et baskets mais je ne suis pas un garçon manqué ".


D’ailleurs, Arianna chante dans la chorale de la paroisse de Saint-Sauveur de Piscinola quand elle le peut. Les choristes disent qu’elle chante très bien aussi; de plus, quand le micro saute,  elle peut tout remettre en place en un éclair, mais ce ne sont que des rumeurs du quartier: alors, une fille en chair et en os peut-elle réparer l’installation électrique de l’église… oui ou non ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire