text-align:center; background:#900 url(http://1.bp.blogspot.com/-3vMrVNk7dNU/TtdLG4SUILI/AAAAAAAABBI/YS43jQX9do8/s1600/template2%2Brouge.jpg) center bottom no-repeat; padding-top: 20px; padding-bottom: 215px;

Google+ Badge

LE BLOG 100% NAPLES!

lundi 30 mars 2015

Naples, son saint protecteur et le pape François

Naples et San Gennaro, son saint protecteur

Dans la cathédrale de Naples, ou Duomo, est conservée une ampoule contenant quelques millilitres du sang du saint protecteur de la ville, San Gennaro. Ce liquide a la curieuse faculté de se liquéfier trois fois par an, pour des raisons inconnues. L'ampoule est visible lors des messes et des visites du Duomo. De même que l'on peut y voir le trésor de San Gennaro, une magnifique exposition d'objets précieux cultuels.
Voici ce qui s'est passé au Duomo lors de la visite du pape François à Naples, il y a quelques jours: sous les yeux du pontife, le liquide s'est partiellement liquéfié. Le journal "Il Mattino" a contacté le professeur Pierluigi Baima Bollone et a essayé d'en savoir plus:

D'après "Il Mattino" de dimanche 22/03/2015.

La liquéfaction du sang de San Gennaro: “Aucune preuve scientifique, un événement inexplicable”


ansa.it


Pierluigi Baima Bollone, professeur à l'Université de Turin et spécialiste du Saint- Suaire, donne des explications

Pierluigi Baima Bollone enseigne la médecine légale à l’université de Turin et est connu dans le monde entier pour avoir mené des études très poussées sur le Saint Suaire (le professeur Bollone est président honoraire du Centre international d’études sur le Saint Suaire), ainsi que sur le liquide contenu dans l’ampoule exposée au Duomo de Naples, c’est à dire l’ampoule de sang de San Gennaro. D’autre part, son intérêt s’est toujours porté sur les traces hématiques présentes sur le suaire, comme le montrent les dizaines de publications qu'il a signées. Nous l’avons joint au téléphone, peu de temps après la liquéfaction partielle du sang de San Gennaro au Duomo, sous les yeux du pape François, événement qui a été salué comme un prodige, et qui eut un précédent unique, en 1848, en présence de Pie IX.


raitv.it


Professeur, est-ce un signe positif pour le pape François et pour Naples?
“ Cela me plaît, qu’en présence de personnalités importantes, le sang se soit liquéfié. J’étais présent quand le pape Jean-Paul II était au Duomo et que le sang ne s’était pas liquéfié, et aussi en 2007, lorsqu’en présence du pape Ratzinger, il ne s’était pas liquéfié non plus, bien que le pontife ait prié pour que cela se produise. Je ne pense pas que les deux pontifes s’en soient trouvés bien, mais le pape François, lui, était très content.



agi.it


D’après vous, c’est un signal positif?
“L’année 1848 n’a pas été une année heureuse, il y avait beaucoup d’insurrections dans de nombreuses régions d’Europe. Puis, il me semble qu’il y a eu un précédent imprévu, sans que ce soit en présence d’un pape, c’était en 1799, une autre année funeste pour Naples”.


Alors, faut-il s’en inquiéter?
“Je crois que plutôt que penser à cette liquéfaction partielle, nous devrions chercher à comprendre pleinement la signification des messages que le pape François destine à notre conscience. En tout cas, si cela fait plaisir au pape François, ça me fait plaisir aussi. Je le dis avec sincérité et respect”.



tg24.sky.it


Vous avez étudié le miracle de San Gennaro en appliquant des méthodes scientifiques, peut-on dire alors qu’il y a eu un miracle aussi hier?
“Regardez, j’ai fait des recherches il y a des années, j’ai aussi écrit un livre, intitulé San Gennaro et la science, et j’ai prouvé sans l’ombre d’un doute que le liquide contenu dans l’ampoule possédait les propriétés spectroscopiques du sang, mais on ne peut ni briser ni crever l’ampoule. Si nous l’ouvrions, nous pourrions faire des recherches supplémentaires, mais nous endommagerions le contenu d’une manière irréparable”.


Professeur Pierluigi Baima Bollone, la stampa.it


Donc la science n’a pas la certitude que cette fois, il y a eu un miracle?
“Nous restons des spectateurs attentifs et stupéfaits d’un événement hors du commun”.

Un miracle, c’est vraiment un événement hors du commun.
“Si seulement nous pouvions ouvrir l'ampoule et étudier un échantillon de ce liquide…”.

Mais ce qu’il y a dans l’ampoule, c’est du sang, oui ou non?
“Son comportement spectroscopique correspond à celui du sang, cela veut dire que c’est du sang. Ou, au moins, que ce liquide se comporte comme du sang. Nous parlons d’un liquide d’un volume de quelques dixièmes de millilitre”.

En somme, vous aussi vous croyez au miracle de la liquéfaction du sang?
“Il n’y aurait rien de contradictoire, la science aussi peut croire aux miracles, si le scientifique est un croyant”.

Et vous êtes croyant?
“Je ne suis pas un incroyant”.
J’ai la sensation que vous ne voulez pas vous prononcer d’une manière définitive à ce sujet.
“Vous vous trompez. Tout pousse à croire que le liquide contenu dans l’ampoule, c’est du sang, et que donc, il se liquéfie d’une manière imprévisible scientifiquement parlant, et donc, en fonction de facteurs inconnus".

Donc, vous aussi, qui avez étudié ce prodige, vous croyez au miracle de San Gennaro.
“Ce n’est pas un miracle, c’est un fait inexplicable”.
Par Ugo Cundari
Il Mattino, dimanche 22 mars


POUR EN SAVOIR PLUS: Lire les articles “Spécial Pape Francis” dans Il Mattino

Consulter aussi:
https://www.cicap.org/piemonte/cicap.php?
section=articoli&tipo=articolo&tema=sindone&nome=6_sindone_vocebollone
http://ricerca.repubblica.it/ricerca/repubblica?query=pierluigi+baima+bollone&view=repubblica&ref=HRHS

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire